Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lucia de Lamermoor émeut le public de Bastille

Tonnerre d’applaudissements pour ce moment de grâce et d'émotion. La production qui marque ses 20 ans d’existence reste actuelle. On se souvient de Roberto Alagna qui en fut le 1er interprète. Cet opéra seria en 2 parties et 3 actes de Gaetano Donizetti est inspiré d'un roman de Walter Scott. La scène se passe donc en Ecosse et Lucia aime Edgardo, qui est malheureusement membre d'une famille ennemie de la sienne. Tels Romeo et Juliette, les deux amoureux se perdent et le désarroi qui assaille alors Lucia la mènera à une folie meurtrière dont elle sera également victime.               

Le public attend cet éblouissant moment, redouté par les soprano colorature, "la folie de Lucia" est une scène de haute voltige, où la voix, d'abord douce et moelleuse, semble gravir le ciel en d'éblouissantes vocalises, traduction des moindres hallucinations de l'héroîne.

La direction musicale de Riccardo Frizza est belle et nerveuse. Andrei Serban réussit une mise en scène très astucieuse, faite de passerelles et de mouvement.

Nina Minasyan est acclamée par un public conquis et Piero Pretti est un Edgardo fougueux.

"La terre et le ciel m'ont trahie! je voudrais pleurer mais je ne puis..Les pleurs mêmes m'abandonnent" Lucia. Acte II.scène 6.

 

Opéra Bastille, jusqu'au 16 novembre

Les commentaires sont fermés.